3 Artistes

Alexandra Petracchi

Illustration perso_Alexandra-Petracchi_chat-Leçon de chants

Interview

Présente-toi
Je m'appelle Alexandra Petracchi. Je suis DA, graphiste et illustratrice free lance, située à Paris. Je suis un peu touche-à-tout et vous pouvez même me retrouver avec le collectif de vidéastes Iduun sur scène.

Quand as-tu commencé le street-art et pourquoi ?
J'ai commencé avec la session Rue-Stick#4. Ca faisait très longtemps que j'avais envie de coller mes dessins sur les murs, je me suis donc lancée dans cette aventure grâce à cette belle initiative.

Quels sont les artistes visuels qui t'ont marquée ou dont tu apprécies le travail ?
J'ai vécu longtemps à Montpellier, puis à Toulouse, en pleine période où les "filles" ont envahi les rues en province. Je pense à Coralie, Miss Van, Fafi… J'ai été séduite par le côté "illustratif" de leur travail sur les murs qui changeait beaucoup de ce que je connaissais jusque là des graffitis qui me parlaient moins. En parallèle, j'ai découvert Ernest Pignon Ernest, un trait majestueux et classique collé sur des murs pour en faire émerger des fantômes, son travail m'a fascinée.

Quels sont tes outils de prédilection pour créer et comment prépares-tu tes collages ?
Je n'ai pas encore une bien grande expérience dans le collage me permettant de définir une technique de prédilection, mais pour le moment j'ai collé soit des dessins réalisés sur des carnets que j'ai simplement scannés, imprimés et découpés, soit dessiné des choses plus graphiques sur ordi, qui étaient alors imprimées et découpées.

Le collage est-il une discipline artistique que tu pratiquais avant de participer à Rue-stick ?
Non

La rue est-elle ton seul support d'expression ?
Non je suis DA, graphiste et illustratrice, j'aime être polyvalente et travailler dans des univers et sur des supports différents. Ca permet de se renouveler et de trouver de nouvelles pistes d'expression.

Quelle est la citation, ou la formule, qui synthétiserait le mieux ton travail ?
Des couleurs, de la lumière, beaucoup de poésie, un peu de hasard, et quelques courbes...

À quelle édition de Rue-stick as-tu déjà participé et quelles en ont été tes impressions ?
L'édition#4. C'était très sympa de voir tout ce fourmillement créatif recouvrir les murs. Seul « hic », je ne connaissais personne et je pense que l'expérience est plus sympathique si on fait ça à plusieurs, voire si on arrive à créer une sorte de collage collectif ?

Rangerais-tu le street-art dans la catégorie art contemporain et pourquoi ?
C'est un ART qui existe depuis déjà bien longtemps et qui, à mon avis, n'a rien de contemporain. Au contraire, c’est un art ancré dans un mode d'expression ancestral. Cependant les sujets traités peuvent, bien entendu, être tout à fait contemporains.

Peux-tu nous raconter une de tes aventures marquantes avec le street-art ?
Alors la ça va être dur, je répondrais à cette question l'an prochain !

Le meilleur film ?
Outch dur... « Le magicien d'Oz » de Victor Fleming et « Eternal Sunshine of the Spotless Mind » de Michel Gondry mais alors c'est vraiment pour en donner deux parce que j'ai 1 milliard de films préférés !

Le meilleur livre ?
« Moon palace » de Paul Auster, « La nuit des temps » de René Barjavel.

Le meilleur son ?
Comme pour les films, impossible de trancher. J’adore le trip hop, en passant par le jazz, le rock 70’s, le folk, la musique tzigane...

Retour en haut de page